Le personnel politique acadien

Légende : Pierre-Amand Landry, premier acadien à occuper un poste de ministre au Nouveau-Brunswick



Durant une longue période après la déportation, les Acadiens des Maritimes ont été privés de droits politiques et tenus à l'écart du processus politique. En raison de leur foi catholique, ils n'ont pas le droit de vote avant 1810 au Nouveau-Brunswick et à l'Île-du-Prince-Édouard, et ne peuvent pas se porter candidat à une élection avant 1830. En 1836, Simon d'Entremont, d'Argyle en Nouvelle-Écosse, devient le premier Acadien à être élu à la députation. Au Nouveau-Brunswick, le privilège revient à Amand Landry, qui est élu député du comté de Westmorland en 1846. Son fils, Pierre-Amand, sera le premier Acadien à occuper un poste de ministre dans la province. Finalement, Stanislas Poirier est le premier Acadien à occuper un siège à l'Assemblée législative de l'Île-du-Prince-Édouard en 1854.

De nos jours, les Acadiens occupent généralement la place qui leur revient dans la sphère politique, et jouent souvent un rôle de premier plan dans le domaine, en particulier au Nouveau-Brunswick. Pour qui veut cerner les contours de la présence acadienne dans le monde politique, la présente section du site offre deux répertoires du personnel politique acadien du Nouveau-Brunswick. Un premier répertoire propose des biographies schématiques du personnel politique fédéral, présentées par ordre alphabétique ou par circonscription; un second, des informations sur les députés provinciaux, que l'on peut également consulter par nom de député ou de comté.